info

REGIE DES TABACS - Casablanca - Maroc

REGIE DES TABACS - 2002

1er prix :
Abdelouahed Mountassir Rachid Benbrahim El Andalourssi, Mohamed Berrada & Raoul Arabani
Pour l'aménagement et l'extension du complexe sportif Sidi Mohammed et pour la construction de son siège social, la Régie des Tabacs a lancé le 27 mai 2002 un concours d'architecture. 25 architectes inscrits au tableau de l'ordre national ont retiré des dossiers, seulement six ont remis leur projet. La délibération a eu lieu le 12 septembre 2002 et trois projets ont été primés dont le premier prix est un groupement d'architectes Iris connus pour avoir gagné la plupart des concours de ces dernières années. Le concours concernait l’aménagement et l'extension du complexe sportif Sidi Mohammed et la construction du siege social de la Régie des Tabacs. L’intervention des architectes consistait au réaménagement des équipements sportifs et de loisir existant, ainsi que la création de nouvelles installations, susceptibles d’améliorer le standing actuel. Le complexe associera sport, détente, et activités culturelles. L’originalité et la diversité des activités proposées, l'architecture et les installations projetées devront faire de ce projet un espace agréable et une vitrine pour la Régie des Tabacs. Cependant, les propositions des architectes relatives à la création d'ouvrage, ou a la mise à niveau des ouvrages existant devraient tenir compte dans la mesure du possible, des ouvrages essentiels existant. La conception du siège social de la Régie des Tabacs devait offrir un cadre de travail moderne et productif, tout en s'intégrant dans son environnement extérieur, et reflecter l’image de marque de l’entreprise. Donnant sur la voie rapide la plus importante de la métropole, le site se présente sous forme de plateau et bénéficie, grâce a sa position en hauteur par rapport a la ville, d’une vue panoramique surplombant toute la partie base de la ville et ayant à l’horizon l'océan atlantique. Le plan d'aménagement du secteur prévoit à partir du terrain mitoyen, une coulée verte comme armature paysagère reliant plusieurs quartiers et ouvrant un cône de vue sur la mer. C’est cette relation visuelle entre le site et l’océan que les architectes ont retenu pour asseoir leur parti d'aménagement. Leur objectif est de permettre à un maximum d’espace de travail de profiler de cet atout en donnant au bâtiment de la hauteur. La partie d’aménagement que les architectes proposent s'appuie sur le paysage comme concept générique du projet dont l’objectif est d'abord d'inscrire le projet sur le terrain, d’assurer une couture entre celui-ci et le complexe sportif, puis renforcer la vocation du site en tant qu'espace jardin ou le végétal est le ciment qui relie les différentes entités architecturales. C’est dans cette logique que la rue verte traversant le siège vient donner un sens a l’interpénétration entre le vegetal et le minéral et, par conséquent, écarte toute notion de limite.

La conception du projet en deux volumes : l’un vertical «la tour », l’autre horizontal « le corps », permet à la fois son ancrage au sol et une répartition du programme salon l’usage. Dans une relation de continuité et de fluidité, les deux parties constituent une seule entité établissant des liens avec le paysage composé du jardin botanique du mini-golf, de la Arsa, du bassin linéaire,… L’intervention sur le complexe sportif vise sa requalification par une approche multiple : le réaménagement de l’existant et le renforcement de ces activités sportives par un complément du programme. Le réaménagement comprend la restructuration du club house, l’extension du stade de football, et les aménagements des jardins par la création d’un bassin linéaire qui, marque le territoire du siège, et qui servira à l'arrosage des jardins d'une manière gravitaire. Les activités sportives se verront complétées par la création d'une piscine couverte, d’une structure d'accueil et des services nécessaires à l’entrainement des équipes. Pour ne pas encombrer les espaces libres, les architectes ont enterré la piscine couverte et ont surélevé la partie vestiaire de la salle de sport pour accueillir la structure d’accueil. Le plan de masse, tel qu’il est conçu, peut jouer le rôle de Master Plan pour une réalisation évolutive si nécessaire. Sur le plan technique, les architectes ont opté pour une architecture bioclimatique, évitant la climatisation des bureaux par le truchement de dispositifs permettant une ventilation naturelle, grâce à une façade en double enveloppes vitrées. Le verre utilisé est sérigraphie, ce qui donnera au bâtiment un aspect blanc respectant ainsi la tradition casablancaise. La structure porteuse est en poteaux et planchers nervurés en béton. Les cloisons intérieures seront amovibles permettant une grande flexibilité à l’aménagement des espaces bureaux.