info

MUSEE DAKHLA - Dakhla - Maroc

MUSEE DAKHLA - 2015

PARTI ARCHITECTURAL
L’étoile, - le parti de la signification.

Un pêcheur nous a présenté une étoile de mer qu’il venait de sortir à la surface. Par ce signe, cet homme nous a mis sur la voie d’un projet symbolique. L’étoile évoque notre nation, notre drapeau. Cette architecture en forme d’étoile à 5 branches représente, le drapeau du Royaume du Maroc stylisé, tel un drapeau flottant dans le vent. Il constitue est aussi une métaphore du tissage et de la broderie, arts d’excellence sahraouis. La volumétrie du projet est basée sur deux entités volumétriques longilignes déployées dans l’espace tels des fils. Ils accompagnent la promenade architecturale comme de brins noués. Notre architecture est un nœud dans la ville, capable de tisser les liens. Par l’image de l’étoile des mer, et la rose des sables, la ville de Dakhla entre mer et désert est aussi évoquée.

La couture urbaine par une promenade architecturale en continuité de la corniche

La parcelle est idéalement placée sur la corniche, principale centralité de la ville, propice aux activités récréatives. Le musée sera un évènement majeur dans la ville. Nous proposons de redonner la priorité aux piétons en prolongeant son parvis jusqu’à la corniche. De plus, nous avons imaginé une passerelle liant la corniche au musée. Cet espace couvert proposé en option constitue un lieu d’introduction et d’appel à la visite. Le musée prendra ainsi place dans la vie de tous les jours, appartenant aux habitants.

Un lieu d’accueil

L’invitation à la visite depuis l’espace public s’accompagne d’une très grande attention portée aux espaces d’accueil organisés verticalement. Ils sont tous d’emblée visibles en façade sur corniche. Le RDC intègre un hall sur triple hauteur. A l’étage, le centre de ressources et de documentation en liaison directe avec la passerelle reste libre d’accès au public. Le lien vers le hall du RDC se fait par une rampe surplombant les espaces d’exposition en contre bas. Ce promontoire offre une vue générale sur le musée et complète naturellement la visite introduite depuis la passerelle installée sur la corniche. Le salon du Thé installé au deuxième étage est en lien direct avec les espaces d’accueil par les vides intégrant un escalier monumental. Placé en hauteur, il joue le rôle d’un totem à l’effigie de thé et s’ouvre sur une terrasse couverte d’une tente visible de loin. Les transparences de la façade sur accueils ouvrent la visite et offrent des cadrages sur la mer depuis les espaces d’exposition. Par la qualité de son accueil, et la mise en valeur d’espaces libres d’accès, ce musée, dépasse le concept du musée hermétique pour devenir un lieu libre semi intégré dans l’espace public.

Fonctionnement

Les espaces d’exposition en liaison directe avec les lieux d’accueils sont au centre du dispositif et s’ouvrent sur des patios. L’exposition temporaire et l’exposition Repères s’inscrivent dans même volume permettant une flexibilité totale des espaces muséographique. L’espace bénéficie d’un éclairage zénithal contrôlé par des dispositifs de diffusion de la lumière naturelle. Les rayons du soleil sont difractés par des toiles tendues ornées de motifs sahraouis colorés. Les espaces logistiques trouvent leur emplacement en fond de parcelle et s’organisent autour d’une une cour de livraisons. Les bureaux s’intègrent quant à eux au deuxième étage, au dessus de la salle d’exposition, et sont accessibles par un hall et un noyau de circulation réservé au personnel. Des patios végétalisé traités en oasis offrent des cadrages paysagés depuis les espaces d’exposition et jouent le rôle de climatiseurs. Le patio minéral semi couvert est le prolongement spatial des salles d’exposition.

Concept bio climatique

Les patios traités en ‘Oasis’ permettent de créer des microclimats. L’air ambiant est rafraîchi adiabatiquement par l’évapotranspiration des végétaux et évaporation du bassin. L’air tempéré sera insufflé dans le bâtiment, puis évacué par effet venturi en toiture.